Tracts

Gazette n°1 : Ehpad, Scolaire, Vivre ensemble

Des plus jeunes aux plus anciens, il est temps d’écouter tous les Barberaziens et de répondre à leurs besoins! Forts de l’expérience de nombreux élus sortants et de tous ceux et celles qui nous ont rejoint, nous souhaitons vous présenter un projet à la hauteur des besoins de la commune, en commençant ici par nos écoles, notre Multi-accueil et l’EHPAD.

Au programme : Les Blés d’or – La cantine scolaire – Les écoles – Cohésion et entraide – Des candidats se présentent – …

Aînés et Blés d’Or : quelques éléments de contexte

Le maire a souhaité que le CCAS de Barberaz reprenne l’EHPAD des Blés d’Or, et c’est chose faite depuis le 1er janvier 2020.
Si nous sommes pleinement satisfaits que l’EHPAD reste 100% public (par respect de la volonté de ses créateurs, et pour garantir des services de qualité et des prix abordables), des craintes nous habitent quant à sa stabilité car nous pensons que cette reprise de l’EHPAD n’est qu’une opération électoraliste à court terme.
En effet, un rapport d’audit prévoit un fort déficit des Blés d’Or d’ici 2022. Un éventuel déficit de l’Ehpad serait ainsi majoritairement supporté par une hausse des tarifs d’hébergement (nous y sommes foncièrement opposés) et/ou par les finances de la commune. On en veut pour preuve : l’adjoint aux finances a annoncé qu’un déficit pourrait être comblé par “une augmentation des prix, tout est possible”.*
Or, le maire ne “souhaite pas que la commune supporte les charges de l’EHPAD”* et explique que l’incidence sur les finances de Barberaz est nulle.
Mais c’est faux ! Et c’est le PRÉFET qui le dit ! Par écrit il nous a répondu que «l’éventuel déficit de ce budget annexe a un effet sur l’équilibre du budget de la commune» (courrier du 26-01-2020).*
Le maire rajoute même : “si cette boite (Les Blés d’Or) est déficitaire, on la laissera bien couler”. (C.M. du 9-12-19)*

Sachant que les nouvelles normes sanitaires vont obliger les Blés d’Or à investir pour se moderniser… nous vous laissons juges !

Que proposons-nous ?

Notre priorité sera de mieux travailler avec les communes du canton qui y ont des résidents, pour garantir une solidarité en cas de déficit, comme elles l’ont toujours fait.
Pour garantir son maintien dans le secteur public et ainsi préserver les tarifs abordables des Blés d’Or à long terme, nous travaillerons avec les autres acteurs (Centre Hospitalier, Agence Régionale de Santé, Agglomération,…) pour trouver une solution durable pour l’EHPAD.
Par ailleurs, nous augmenterons les subventions et services accordés aux personnes âgées dépendantes, pour les maintenir le plus longtemps possible à domicile.
Enfin, nous ne laisserons pas croire à nos aînés qu’une reprise par le CCAS de Barberaz donne priorité aux Barberaziens : c’est encore faux !

*Retrouvez notre dossier spécial EHPAD ici

Favoriser la cohésion et l’entraide : que proposons-nous ?

Nous favoriserons les services bénévoles entre nous tous.
Nous nous rapprocherons ainsi d’associations expérimentées dans ce domaine pour inciter le partage des compétences respectives sans échange monétaire.
De plus, nous estimons qu’il est nécessaire de ressouder nos différents quartiers : Madeleine, Centre, Stade, Libération et Hauts de Barberaz. Nous travaillerons avec le Comité d’Animation pour relancer la dynamique des festivités régulières ouvertes à tous.
Pour réduire la fracture numérique, nous soutiendrons l’accès à l’informatique pour tous : cours et acquisition de matériel, soutien à domicile pour les personnes à mobilité réduite, ou encore par un point d’aide à l’accès numérique pour toutes les démarches administratives.

Le prix de la cantine scolaire, symbole du désintérêt de la mairie pour nos écoles ?

Le saviez-vous ? Le prix d’un repas dans les écoles maternelles et primaires de Barberaz s’élève à 6,50 € (prix incluant la garde du midi), avec une dégressivité très limitée en fonction des revenus (les élus majoritaires ont par ailleurs augmenté de 53% les tarifs de cantine pour les plus faibles revenus, en 2018).

Vous avez 2 enfants ? C’est 13 € par midi, et ce, 4 jours par semaine ! Ces tarifs sont élevés* car, contrairement à certaines communes voisines qui subventionnent le service, le coût est largement supporté par les parents.

*Le prix moyen d’un repas (fourchette haute) dans les communes entre 5 000 et 10 000 habitants s’élève à un tout petit peu moins de 3,20 € !

Selon La Gazette des communes

Que proposons-nous ?

Une participation plus élevée de la commune aux frais de cantine de manière à la rendre plus accessible tout en privilégiant à chaque fois les produits bio et locaux. Une vraie tarification sociale et un prix plafond de 3,20 € par repas, pour le plus grand nombre, garde incluse. Nous prendrons des mesures pour mettre en place un encadrement bienveillant qui redonne envie à nos enfants de manger à la cantine.

Prendre soin de nos enfants : une nécessité

Cette dernière décennie, Barberaz a connu une forte densification qui a attiré de nombreux couples avec enfants.
Conséquence : une population en forte hausse (dû à la construction du centre-bourg et au renouvellement des habitants dans certains quartiers), plusieurs classes sont désormais surchargées dans nos écoles (33 enfants dans certaines, des triples niveaux,…).
Les parents rencontrés ont été nombreux à remplir notre questionnaire distribué avant les vacances de Noël.
Si la satisfaction est au rendez-vous sur de nombreux sujets, le constat est sévère sur d’autres: la cantine est trop chère, ils regrettent le faible nombre de produits bio et locaux, (des centaines de communes de toutes tailles l’ont fait : pourquoi pas nous ?), les activités périscolaires ne permettent pas assez à leurs enfants de se cultiver, de se dépenser, l’entretien des locaux laisse à désirer, et ce, malgré les demandes répétées des parents et enseignants (il a fallu des années pour que les problèmes urgents de sanitaires de l’Albanne soient traités).

Quelles alternatives proposons-nous ?

Entretien, activités, financements : la priorité sera donnée aux écoles !
La mairie organise le péri-scolaire, elle devra donc garantir que nos enfants évoluent dans un climat chaleureux et apaisé. Nous travaillerons avec l’ensemble des communes du canton à une mutualisation de ces activités, pour en diversifier l’offre.
Prendre soin d’eux, c’est aussi leur assurer des déplacements en toute sécurité. Nous prendrons des mesures immédiates pour sécuriser les liaisons écoles-bibliothèque, écoles-arrêts de bus,…
Nous continuerons à promouvoir les actions du Conseil Municipal des Enfants, et créerons une instance de dialogue pour les adolescents, en lien avec les associations et les clubs communaux. En leur permettant d’être force d’initiative et de propositions pour les activités de leur tranche d’âge, nous faciliterons leur transition vers la vie d’adulte.
Enfin, nous allouerons plus de moyens humains et financiers au Multi-accueil et au Relais d’Assistantes Maternelles (pour une ouverture plus fréquente et des activités plus importantes). Couplé à une écoute sincère et régulière des personnels et des assistantes maternelles (création d’un vrai conseil des assistantes maternelles), nous chercherons à avancer vers une meilleure prise en compte de leur travail et une reconnaissance de leur indispensable utilité sur la commune.

En finances, tout est une question de choix…
Par exemple, acheter des abris moins chers pour les jardins familiaux, c’est 150 000€ d’économie, soit près de 2 ans de cantine à 3,20€, pour tout le monde; acheter des terrains sans compter (plus d’1M€ sur le mandat : de quoi faire de beaux projets); éviter des études inutiles sur la route d’Apremont ou la Plaine des Sports (150 à 200 000€ sur le mandat),…
Notre projet : dépenser mieux et plus efficacement, sans augmenter les taxes.

Nos engagements.

Laisser un commentaire